Entre présence et distance. Accompagner et découvrir des pratiques pédagogiques en langues à l'université.

L’augmentation progressive des effectifs d’étudiants dans les universités et les établissements d’enseignement supérieur a participé, aux côtés d’autres facteurs, comme l’attractivité des formations (Coleman, 2008) et les changements socio-éducatifs, à la restructuration générale de l’offre de formation en langues. En France, et plus largement en Europe, le processus de Bologne a été l’un des catalyseurs de ces changements. Pour répondre à cette demande exponentielle, les universités ont eu massivement recours à l'usage du numérique comme en témoigne la “stratégie numérique” lancée, en 2013, par le Ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur. Parallèlement, certain-e-s chercheur-euse-s lient les potentialités du numérique à une restructuration profonde de la pédagogie universitaire ce qui permet une augmentation des potentialités pédagogiques (Karsenti & Larose, 2001).

Cette situation, qui fait converger en apparence des intérêts politiques avec les intérêts de la recherche en didactique, a pourtant engendré un paradoxe : la mise en place d’outils dématérialisés est parfois placée avant la question pédagogique et répond principalement aux besoins politiques des établissements (par exemple : Boucher, Carnino & Jarrige, 2016 pour le cas de l’université en France ; Samson & Lefebvre, 2016 pour le cas de l’utilisation du tableau numérique interactif). En d'autres termes, la généralisation des environnements numériques de travail (ENT) a parfois doté les enseignant-e-s d'outils sans qu’une réflexion préalable sur leurs besoins ait eu lieu (Valluy, 2013). Cette constellation a produit deux effets : d'une part, la multiplication des outils numériques engendre des préoccupations chez les enseignants (Albernhe-Giordan & Charnet, 2005), et d'autre part, la formation à ces outils entraîne une amplification des réflexions pédagogiques dans les démarches d'enseignement (Poisson, 2011). Or, à l’heure où les technologies numériques ne sont plus “nouvelles”, dans quelle mesure ces outils peuvent-ils apporter des réponses inédites et pertinentes aux enjeux pédagogiques de l’université d’aujourd’hui?

Ce colloque a pour objectif d'étudier les possibilités et les usages du numérique dans l'enseignement/apprentissage des langues à l'université au sens large. Il permettra, en particulier, d’examiner les propositions  de pédagogie universitaire grâce aux outils numériques dans un objectif de personnalisation et de responsabilisation de l'apprentissage. Dans la même perspective, il questionnera la pertinence et l’effet des dispositifs de formation et d'accompagnement des enseignant-e-s de langues dans des pratiques numériques d'enseignement hybrides ou 100 % à distance. Enfin, il permettra d’envisager la possibilité de mutualiser les ressources et l'ingénierie pédagogique pour offrir de nouvelles perspectives et répondre aux besoins de l'enseignement supérieur comme, par exemple, l'introduction des corpus (Boulton & Tyne, 2014) ou, encore, l'étude des besoins pédagogiques pour mieux cibler le développement des outils et des plateformes d'enseignement/apprentissage hybride ou à distance.

 

Références

Albernhe-Giordan H., Charnet C. (2005). Quand les enseignants rencontrent le numérique : innovation imposée ou attendue ? Le cas de l’ENT dans le déploiement de l’Université numérique en Région Languedoc-Roussillon, Rapport de recherche - ENTICE.

Bouchet, T., Carnino, G. & Jarrige, F. (2016). « L’Université face au déferlement numérique », Variations [En ligne], 19, mis en ligne le 06 avril 2016, consulté le 11 janvier 2017. URL : http://variations.revues.org/740 ; DOI : 10.4000/variations.740

Boulton, A. & Tyne, H. (2014). Des documents authentiques aux corpus : démarches pour l’apprentissage des langues. Paris : Didier Coll. Langues et didactique, 309 pages. ISBN : 978-2-278-07615-4.

Coleman, J. A. (2008). « L’évolution du métier d’enseignant de langue de spécialité - une perspective internationale ». Cahiers de l’APLIUT, 2008, Vol. XXVII, n°2, pp. 22-39.

Duclos, A. M., 2015, « La résistance au changement : un concept désuet et inapproprié en éducation », Psychologie & Éducation, 2015-1, pp. 33-45.

Karsenti, T. & F. Larose (Dir). 2001. Les TIC… au cœur des pédagogies universitaires. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Poisson D. (2011). « Usages des TICE et perspectives d’une ingénierie des dispositifs à visée autonomisante », in : Barbot M.-J., Massou L., dir., TIC et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, p. 83-97.

Samson, G. & Lefebvre, S. (2016). L’impact de l’utilisation des tableaux numériques interactifs (TNI) sur les pratiques pédagogiques des enseignants du primaire et du secondaire. Rapport scientifique et administratif pour l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Valluy, J. (2013). « TIC et enseignement supérieur : comment (re)nouer le dialogue ? », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 4 , mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 12 janvier 2017. URL : http://dms.revues.org/373 ; DOI : 10.4000/dms.373 

   

Informations

Retrouvez-nous sur Facebook

Avec le soutien du pôle HALL de l'Université Sorbonne Paris Cité.

Personnes connectées : 1